Sans ordonnance...

Publié le par le baron de lescun

Par Laurence Fleury
Publié le 15 octobre 2010 

Il y a un peu plus d'un an, Jean-Louis Carrassoumet a crée le mensuel l'Aspirine avec trois copains. © laurence Fleury
 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Rencontre Jean-Louis Carrassoumet, rédacteur du journal L'Aspirine, en vente depuis plus d'un an.

C'est pour défendre la liberté d'expression qu'il crée, avec trois copains, le mensuel dans lequel tout le monde peut écrire.

 

Un tantinet satirique, mais surtout drôle et aux antipodes de la pensée unique, L'Aspirine est ce que l'on pourrait appeler un mensuel périodique, « parce qu'il n'est pas tenu à une date de parution fixe, explique Jean-Louis Carrassoumet, et qu'il évolue de manière aléatoire en fonction de la participation des lecteurs à son contenu. »

Fondé voilà un peu plus d'un an, le titre est sur le point de sortir son dixième numéro et se porte à merveille : plus de 300 exemplaires vendus dans la vallée, qui compte 2800 habitants.

 « Ce qui signifie qu'à raison de quatre habitants par famille en moyenne, l'on peut considérer que la moitié de la vallée l'achète, et que l'autre moitié le lit chez des voisins, se réjouit Jean-Louis Carrassoumet. L'Aspirine est une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. » Sauf que tout le monde est bénévole.

 

Un humour décalé

 

De la conception, initiée avec Thierry Fresneau, Louis Gandon et Yves Carrassoumet, à la réalisation, en passant par la collecte des textes, la relecture et la mise en page, tout est « fait maison. » L'affaire de trois ou quatre soirées par mois passées entre copains, à bien rire, même si le travail est sérieux. Et au final : huit pages au format A3, tirées en noir et blanc sur papier glacé, avec en cadeau le poster d'une playmate..

.

Ou plutôt d'une Playbête, un animal de la ferme, à encadrer ! Certains approuvent, d'autres désapprouvent cet humour décalé, qui se retrouve dans bien des textes. L'Aspirine se veut la tribune de tous ceux qui ne peuvent pas s'exprimer dans la presse traditionnelle ni ailleurs, et représente un incroyable vecteur de communication entre les valléens.

Entre ceux qui l'achètent en cachette, ceux qui le lisent sans le dire et ceux qui voudraient bien participer mais n'osent pas, il ne laisse pas indifférent. L'Aspirine a remplacé Aspyrène, une feuille de chou beaucoup plus vindicative, qui ne paraissait plus depuis plusieurs années. Elle se veut l'antithèse de la pensée unique, un mode d'expression pour tous. « Le seul bémol est que ce sont toujours les mêmes qui écrivent, et que nous aimerions y voir d'autres signatures » confie Jean-Louis .

 

Le journal n'est pas le seul projet que Jean-Louis Carrassoumet ait mené à bien dans la vallée.

 

Et aussi la photo .

 

Moniteur de ski, de parapente, photographe, barman, bâtisseur de cabanes et de parcours dans les arbres, accessoirement accompagnateur en montagne, il sera bientôt animateur d'un ciné-club, qu'il envisage de créer à Bedous dans le courant de l'hiver.

 

Son dernier bébé, créé avec trois associés, c'est le salon de thé, ouvert depuis quatre mois, sur la place du village. « Face à la Mer », c'est son nom, est un lieu de rencontre où l'on peut venir boire un verre, échanger des points de vue, lire L'Aspirine et admirer des expositions de photo et de couture.

 

Après avoir décroché quelques brevets d'Etat dont il ne se servira pas, il crée «en 1987 avec Patrice Chevalier, l'école de parapente Ascendance à Accous. Une réussite, créatrice d'emplois, qui fonctionne toujours. En 1992, il part à l'île de La Réunion, monter Parapente Réunion, une autre école, un autre succès, pour lequel il oeuvrera dix ans.

 

De retour au pays, il créé sa SARL, Du haut de mon arbre. Une petite entreprise de fabrication de parcs acrobatiques forestiers et de cabanes dans les arbres. Il est à l'origine du parc Accrobranche à Accous, créé en 2006, mais ravagé par la tempête cette année. Du coup, Jean-Louis est reparti sur autre chose, le projet d'une résidence touristique originale, faite de cabanes perchées et de chalets en bois, avec piscine et jaccuzi au beau milieu des arbres. Un projet prévu pour 2012.

 

Il s'est aussi mis à la photo : «Je n'aime pas l'hper réalisme. Je ne regarde pas dans le visuer lorsque je prends quelqu'un de près. je fais cà au feeling, à la volée.» Un homme d'un certain âge fait irruption dans le salon de thé. « Bonjour tout le monde ! Et de se tourner vers Jean-Louis : Dis donc, ton journal, il sort quand ? » Face à la Mer, L'Aspirine, un ciné-club qui devrait vite voir le jour... C'est tout un village qui bouge. La vie, tout simplement.

 

Contact : www.DUHAUTDEMONARBRE.COM. Aspirine est en vente dans tous les bons commerces de la vallée. Prix : 2€. Abonnement : 10€ pour 5 numéros.

 

>> Ligne de vie

 

Enfance : Jean-Louis est né à Pau en 1962 .

Etudes :  Après un BEP-CAP en télécommunication « parce que les ateliers étaient chauffés » il quitte le système scolaire, passe les brevets d'Etat d'accompagnateur en moyenne montagne, de moniteur kayak et parapente, et monte Ascendance en 1987.

De 1992 à 2007, il vit à La Réunion. Au retour, il crée son SARL, Du haut de mon arbre, et tiens depuis quatre mois son salon de thé « Face à la Mer »

. Ouvert tous les jours de 10h à 12h30, sauf le lundi et les jours de grève.rep des pyr


facealamer bedous


Publié dans photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article